Olivier Thibodo et Thibodo’s Inn

Addresse : l’angle sud-ouest des rues Wellington et Barrack
Audio: écoutez ici

Olivier Thibodo (aussi écrit Thibodeau ou Thibaudeau) est arrivé avec sa femme Marie Louisa (née Guillot) à Kingston de la Ville de Québec dans la première décennie du 19e siècle. Tous deux dans le début de la vingtaine, le jeune couple n’avait pas encore d’enfants, puisqu’ils venaient de se marier à Québec en 1797. Le couple s’immergea facilement dans la communauté francophone, comme le démontre le fait que les deux Thibodos furent nommés parrain et marraine de Paul Edward Malboeuf en 1805. Olivier et Marie Louisa eurent ensuite eu leur propre enfant, Augustin, en 1808. Ils ouvrirent une auberge ensemble : l’Hotel National (aussi connu sous le nom Thibodo’s Inn), sur le coin sud-ouest des Rues William et Barrack. D’après George Head, qui passa par Kingston au début du 19e siècle, il écrivit dans son livre Forest Scenes in the Wilds of North America, Thibodo’s Inn est « une grande maison froide pleine de coins et de recoins, le propriétaire de laquelle était énormément attentif et civil. » (James A. Roy, Kingston: The King’s Town, McClelland and Stewart, Ltd. Toronto, 1952, p. 104) Thibodo fut aussi constructeur naval et tint un chantier naval sur l’Ile Wolfe. Ce fut surtout important pendant la Guerre de 1812, quand il offrit ses services à la Couronne. Olivier et Marie Louisa eurent deux enfants de plus après la Guerre : Marie Louise (née en 1816) et Catherine Rebecca (née en 1818). A ce moment-là, la santé de Thibodo s’étant déjà dégradée, il mourra le 20 février 1820, à 43 ans. Sa femme continua de s’occuper de l’auberge pendant quelques années de plus sous le nom Louisa Thibodo’s Coffee House, mais elle aussi mourra relativement jeune, le 31 juillet 1822, à l’âge de 44 ans. Même si l’auberge de Thibodos a été démolie, leur maison existe toujours à 162 Rue Mowat, près du Campus Ouest de l’Université Queen’s.

Tour : Francophone
Titre : Olivier Thibodo et Thibodo’s Inn
Ville : Kingston
Époque: 1800-1850
Images:



Retour à la carte de l’histoire francophone