Hôtel Dieu et les Hospitalières Religieuses de Saint Joseph

Addresse : 229 Brock Street, l’angle de Sydenham et Brock St.
Audio: écoutez ici

L’Hôpital Hôtel Dieu, qui existe encore aujourd’hui à Kingston, est un des exemples les plus marquants de l’importance des contributions des Franco-Canadiens à la communauté de Kingston. Il manquait à Kingston, vers le milieu du 19e siècle, de bons soins médicaux, surtout à cause de l’importante immigration d’Irlandais catholiques dans la région. Beaucoup de ces catholiques étaient trop pauvres pour pouvoir se permettre des soins médicaux, et pour cela Mgr Rémi Gaulin, le deuxième évêque catholique de Kingston, décida en 1841 de créer un hôpital catholique dans sa communauté. Les Hospitalières Religieuses de Saint Joseph, un groupe de religieuses Catholiques qui aidèrent dans l’établissement de l’Hôpital Hôtel Dieu à Montréal presque 200 ans auparavant, furent contactées par Mgr Gaulin. Il leur demanda d’envoyer des Sœurs à Kingston afin de l’aider à fonder l’hôpital. L’évêque de Montréal, Mgr Ignace Bourget, visita Kingston pour analyser la situation et crut qu’elle était trop mauvaise pour que les Sœurs puissent faire quelque chose. Mgr Bourget avertit les Sœurs des difficultés qu’elles rencontreraient, mais les Sœurs acceptèrent malgré tout d’aller à Kingston pour y fonder un hôpital.

Cependant dû au manque de fonds, les Sœurs ne purent partir pour Kingston qu’en 1845, quand une laïque, Mlle Joséphine Perras, offrit sa fortune pour la mission. Avec cet argent, la Sœur Bourbonnière, la Fondatrice de Kingston, put voyager jusqu’à Kingston avec Mlle Perras et un certain M Laframboise en mai de cette année-là pour acheter les propriétés qui serviraient en tant que premier site de l’Hôpital Hôtel Dieu. Le groupe rencontra Mgr Patrick Phelan, le successeur de Mgr Gaulin, à leur arrivée, et commença leur recherche le lendemain, achetant les propriétés 229 et 233 Rue Brock. Tous trois retournèrent ensuite à Montréal à la fin du mois de mai pour recruter plus de Sœurs pour la mission. La communauté élit les trois Sœurs (les Sœurs Louise Davignon, Huguette Claire Latour, et Emilie Barbari) qui accompagneraient la Sœur Bourbonnière jusqu’à Kingston quelques mois plus tard. Le 1er septembre 1845, les quatre Hospitalières Religieuses de Saint Joseph, une fois de plus accompagnées par Mlle Perras et M Laframboise, quittèrent Montréal pour Kingston, où elles purent emménager dans leur petite maison au 229 Rue Brock trois jours plus tard. Après quatre longues années d’attente, l’Hôpital Hôtel Dieu devenait enfin une réalité et le premier patient fut admis le 12 septembre.

Elles avaient certes un peu d’argent et purent fonder l’hôpital, mais les Sœurs à Kingston n’étaient qu’au début de leurs problèmes. La chambre dans laquelle elles vivaient était bien trop petite pour quatre personnes et la nourriture n’était pas bonne. Deux d’entre elles tombèrent malades durant leurs premières semaines à Kingston. Le bâtiment, était tellement petit, que les Sœurs décidèrent de déménager deux mois plus tard au 233 Rue Brock, plus spacieux. Le 229 Rue Brock devint l’hôpital, avec la salle pour les hommes au rez-de-chaussée et la salle pour les femmes au premier étage. Le manque d’espace du 229 Rue Brock obligeait les Sœurs à refuser des patients. Un certain Capitaine Hunter, concerné par le problème des sœurs, commença une levée de fonds pour l’hôpital et eut un tel succès que sa campagne finança la construction de la première aile d’Hôtel Dieu, 231 Rue Brock, en 1847. La communauté de Kingston aida aussi l’hôpital d’autres manières : en donnant des meubles et de la nourriture.

En 1847, Kingston connut une épidémie de typhus. Les Sœurs ne pouvant pas soigner tous ceux qui venaient à leurs portes, l’aile étant encore en construction, elles commencèrent à soigner les patients dans des cabanes construites au bord du lac. Dû à leur proximité à la maladie chacune des Sœurs tomba malade. La situation était si mauvaise qu’elles durent demander de l’aide de la Maison Mère à Montréal, qui envoya deux sœurs en renfort. L’épidémie de typhus entraina la perte d’un ou des parents à un grand nombre d’enfants. A cause de ceci, la Veille de Noël 1847, environs 100 enfants furent amenés aux portes de l’Hôpital Hôtel Dieu, où ils restèrent jusqu’à ce que d’autres accommodations leur puissent être trouvées. L’hôpital, par contre, n’était pas vraiment équipé pour s’occuper d’autant de jeunes enfants n’ayant même pas assez de lits pour eux. La communauté de Kingston, une fois de plus, vint à la rescousse des Sœurs, en offrant des vêtements et des draps pour les enfants. Plus de la moitié des enfants furent récupérés par des membres de leur famille l’année qui suivit. Les autres furent placés dans d’autres familles avant avril 1849. L’année 1847 note les débuts de l’Hôpital Hôtel Dieu en tant qu’hôpital, mais aussi en tant qu’orphelinat catholique officiel, financé par le gouvernement. L’orphelinat de hôpital fut maintenu jusqu’en 1910 quand l’orphelinat de Sainte-Marie-du-Lac ouvrit ses portes.

Les 15 années qui suivirent l’épidémie furent relativement calmes, même si l’hôpital avait de moins en moins de fonds. En 1863, après une épidémie de variole, les quatre Hospitalières Religieuses de Saint Joseph d’origine rentrèrent à Montréal, laissant l’hôpital aux mains de cinq Sœurs qu’elles avaient entrainées. Pendant les 10 prochaines années, les Sœurs commencèrent de nouveau à penser à agrandir leur hôpital. Et après beaucoup de délibérations avec l’évêque catholique, la construction d’une nouvelle aile commença en 1872. Vers la fin du siècle, l’hôpital pouvait accueillir 80 patients. L’Hôpital Hôtel Dieu avait non seulement des difficultés financières et un personnel trop peu nombreux (50 Sœurs)pour soigner tous les patients, mais le bâtiment de l’hôpital devenait trop petit par rapport à l’accroissement de la population de Kingston. À cause de cela, un plan de déménager l’hôpital dans de nouveaux locaux commença et les Sœurs entendirent dire que le bâtiment où se trouvait le Collège Regiopolis était vide. Des rénovations devaient être faites et une église devait y être construite avant qu’il puisse servir comme hôpital. Les Sœurs achetèrent la propriété, en plus du terrain qui l’entourait, et y déménagèrent en 1892, une fois les rénovations finies.

C’est ici que se termine l’histoire du premier emplacement de l’Hôpital Hôtel Dieu à Kingston et que débute l’histoire de l’hôpital à son emplacement actuel sur la Rue Sydenham.

Après 18 ans dans leurs nouveaux locaux, les Sœurs se rendirent compte qu’elles ne pouvaient plus soigner tous leurs patients seules et fondèrent l’École des Infirmières de Saint Joseph. L’École ne fut pas la seule addition aux nouveaux locaux hospitaliers. En effet, les décennies qui suivirent le déménagement dans les locaux du bâtiment de Regiopolis furent remplies d’agrandissements de l’hôpital : en 1894, une chapelle fut construite ; en 1899, ce fut le tour d’une salle d’opération ; en 1909, l’aile de la Rue Brock (qui avait des chambres privées pour les patients) fut ajoutée ; en 1923, une résidence pour les infirmières fut construite ; et en 1931, l’Aile de Saint Joseph (qui avait les départements de consultation externe, rayons-x, cardiologie, urologie, et dentaire, et plus de chambres privées) ouvra ses portes ; en 1940, le premier ascenseur fut installé. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, de grandes parties de l’hôpital furent utilisées pour les soldats blessés et le gouvernement paya pour qu’on achète plus de lits après la Guerre pour suivre la santé physique des soldats. La plus grande récente addition fut l’aile principale actuelle de l’hôpital, l’Aile Jeanne Mance, construite en 1984 et nommée pour la femme laïque qui établit l’Hôpital Hôtel Dieu de Montréal en 1645.

L’organisation de l’hôpital a beaucoup changé dans ses 170 ans d’existence. Le personnel médical fut divisé en départements quand l’Hôpital Hôtel Dieu s’est joint à l’Association d’Hôpitaux Catholiques en 1918. Quelques années plus tard, lorsque l’on standardisa tous les hôpitaux du Canada, l’Hôtel Dieu fut l’un des premiers et fut reconnu pour son excellence. En 1955, après près de 100 ans de connexion par des cliniques éducationnelles, l’hôpital devint un associé à part entière à l’École de Médecine de Queen’s et commença à recevoir plus d’appuis financiers du gouvernement grâce à cette affiliation.

Ainsi, durant ces 170 dernières années, l’Hôpital Hôtel Dieu, est passé d’un simple hôpital communautaire dirigé par les Hospitalières Religieuses de Saint Joseph situé dans deux petits bâtiments de la Rue Brock, à un grand hôpital moderne comptant plusieurs départements.

Tour : Francophone
Titre : Hôtel Dieu et les Hospitalières Religieuses de Saint Joseph

Ville : Kingston
Époque: 1800-1850
Images:



Retour à la carte de l’histoire francophone