George Mink Partie Deux: Bureau de Télégraphie

Adresse : 160 rue Clarence
Audio: écoutez ici

En février 1848, George Mink annonça publiquement que sa taverne et ses étables changeront de place sur la rue Clarence dans la nouvelle maison de pierre (panneau du bureau de télégraphie) juste en face de son ancien emplacement. “Grâce aux étages supplémentaires, on pouvait louer à toute heure du jour et de la nuit des chariots couverts, des wagons doubles, de légères carrioles et des selles de chevaux.” Selon les registres fonciers, l’emplacement se situait au milieu du pâté de maison, au numéro 219. Peu après, il remporta l’appel d’offre pour la liaison postale entre Kingston et Brighton, sans passer par Adolphustown et la région du Prince Édouard. Cinq doubles-attelages furent dédiés à cet itinéraire.

Tandis que ses intérêts commerciaux continuaient à progresser, George connu de grandes tragédies dans sa vie personnelle. Son unique fils, George James, mourut en janvier 1847 à l’âge de quatre ans. Dû à une épidémie de choléra, Nancy Mink, la mère de George, décéda à Newburgh le 9 août 1849, suivie deux jours plus tard par sa femme Ellen (avec qui il eut, également, trois filles).

En décembre 1850, une demande signée parut dans le British Whig, l’encourageant à se présenter comme conseiller municipal aux prochaines élections. Le Whig écrivit que «la candidature d’un homme respectable et bien élevé, comme M. George Mink, même noir, apporterait un soutien relatif au prochain conseil.»

Quelques personnes crurent à un canular, il préféra, finalement, décliner la proposition, sentant que certains signataires étaient en fait hostiles envers sa candidature et essayaient seulement de servir les buts de leur propre parti. S’il était devenu un conseiller municipal, il aurait été le premier homme noir élu à une fonction publique de l’ouest canadien (aujourd’hui l’Ontario).

En septembre 1852, il se remaria. Mary Jane Adams de Toronto devint sa femme. À la fin de cette année-là, George signa un contrat de liaison postale entre Kingston et Cobourg. Il fut mandaté pour faire sept voyages par semaine, la tournée devait être exécutée en 19 heures pendant l’été. Sir John A. Macdonald, qui devint plus tard le premier Premier Ministre du Canada, fut l’un de ses garants. Fin 1853, il signa un autre contrat pour le trajet entre Kingston et Montréal. Le travail supplémentaire demandant plus d’espace, il loua un bureau à Thomas Askew sur la rue Clarence pour en faire le sien temporairement.

L’arrivée de la voie ferrée à Kingston en 1856 eut un grand impact sur les intérêts commerciaux de George. Le courrier ne fut désormais plus transporté en diligence sur l’axe Est-Ouest. Il conclut un accord avec les Chemins de fer Grand Trunk afin de conduire les autobus reliant Kingston et la gare ferroviaire. La lutte des prix qui se développait entre les cochers et George, traina deux ans mais dégénéra violemment à plusieurs reprises. Ses liaisons postales se réduisirent et lui rapportèrent moins. La vente aux enchères de ses chevaux, wagons, traineaux, etc. le 14 novembre 1863 marqua le déménagement de sa longue résidence sur la rue Clarence. Il loua momentanément un espace à Samuel Mucklestone sur le coin Nord-Ouest des rues Queen et Wellington, avant de déménager sur la rue Princess. Nous en apprendrons plus sur George Mink, lors des deux prochains itinéraires. (See Tour Items 9 and 11).

Itinéraire : Histoire noire
Titre : George Mink Partie Duex: Bureau de télégraphie
Nom de l’emplacement : Le site actuel du bureau de postes canadienne
Ville: Kingston
Période : 1850-1900