La Cathédrale St George et le révérend John Stuart

Audio: écoutez ici
Emplacement : 170 rue King est

La contribution du révérend John Stuart dans le développement religieux, éducatif et social à Kingston, est indéniable. Connu comme étant «un homme au caractère exemplaire, de bonne éducation, compréhensif» et ayant «une grande influence autant sur les loyalistes que sur les autochtones», il est, dit-on, un bel homme d’origine irlandaise, grand d’au moins deux mètres et admiré par ses pairs. Bon ami de Molly et Joseph Brant, il est enterré proche de Molly à l’église St Paul sur la rue Queen à Kingston (l’emplacement exact est inconnu).

Le révérend Stuart est ordonné prêtre en 1770, à Londres (Angleterre) et retourne peu après à New York, dire la messe aux autochtones et aux colons du fort Hunter. Il est aussi désigné missionnaire auprès des autochtones de Canajoharie, où il rencontre Joseph Brant. En 1771, peu après le décès de la première de ses trois femmes, Brant vit brièvement avec le révérend Stuart, dans le presbytère Mohawk situé proche du Fort Hunter. Durant cette période, ils travaillent sur la traduction Mohawk du Nouveau Testament (finalement imprimé en 1787).

Vers la fin des années 1770, la propriété du révérend Stuart est saccagée, tout comme plusieurs autres maisons loyalistes. Son église est pillée et sa vie devient si pénible qu’il demande la permission de partir. Finalement, en 1781, le révérend Stuart ainsi que sa famille (sa femme, le premier de ses trois enfants et leurs serviteurs noirs) sont autorisés à rejoindre Québec, où il devient maître d’école. Ce n’est pas avant 1785, qu’il s’installe dans la région Cataraqui, avec la seconde vague loyaliste. À Cataraqui, le révérend Stuart ouvre la première école de l’Ouest de la rivière Outaouais, d’abord dans sa propre maison, puis dans un bâtiment du gouvernement. La première église anglicane, l’église St George, établie à Kingston, est fondée par le révérend Stuart en 1792. Son emplacement d’origine, marqué aujourd’hui d’une plaque, était le bâtiment d’origine du Whig Standard, en face de la place du marché. C’est une modeste structure en bois de seulement 110m². Mme Simcoe, la femme du lieutenant gouverneur John Graves Simcoe, est impressionnée par le service religieux de cette nouvelle église, comme en témoigne un paragraphe de son journal : «Je suis allée deux fois à l’église. Le prêtre, Mr Stuart, vient des États-Unis. Il donne des messes avec un air grave et sérieux qui les rend impressionnantes». Mme Simcoe écrit également, à propos d’une des messes les plus instructives auxquelles elle ait assisté : «M. Stuart a prêché l’un des meilleurs et des plus impressionnants sermons que je n’ai jamais entendu. Je cite : Aujourd’hui est le temps propice, aujourd’hui est le jour du salut.»

Molly et Joseph Brant ainsi que les iroquois loyalistes sont tous membres de cette église embrassant ainsi les enseignements du révérend Stuart. Molly est la seule femme bienfaitrice de Saint-Georges (3), et une bonne amie du Révérend Stuart. Connu pour posséder peu de biens matériels, le révérend Stuart a beaucoup à donner. Consacré à ses enseignements (à la fois par son école et son église), il est enthousiaste par l’influence que l’éducation basique et spirituelle a sur l’unité et la cohésion de la communauté. Ses conseils et son exemple façonnent les gens de Cataraqui et inculquent en eux un sentiment de solidarité, qui se révéla inestimable durant la guerre de 1812. Jusqu’à sa mort, en 1811, les convictions et les amis politiques du révérend Stuart ne changeront pas, il continuera à être un leader solide et respecté dans la région Cataraqui. Son fils, George Okill Stuart le remplacera à l’église Saint-Georges, tout en enseignant à l’école élémentaire.

Tour : autochtone
Titre : La Cathédrale St George et le révérend John Stuart
Ville: Kingston
Époque : 1750-1800
Images:

Retour à la carte de l’histoire autochtone